risque lié à la manutention mécanique

La manutention mécanique est une des premières causes d’accidents de travail avec environ ⅓ de ces derniers déclarés par les entreprises. 

Contrairement à la manutention manuelle, elle concerne l’utilisation d’engins de levage. Il peut ainsi s’agir de grues, de nacelles, de chariots élévateurs, ou d’engins de chantiers en général. 

Si elle a pour avantage de rendre la manutention manuelle moins pénible et d’améliorer les performances techniques d’une tâche lourde, la manipulation de ces engins n’est toutefois pas sans risques. 

Aussi, quels sont les risques liés à la manutention mécanique et comment prévenir les éventuels accidents du travail ?

En quoi consiste exactement le risque mécanique ? 

On considère qu’il y a risque mécanique du moment qu’un élément en mouvement – une machine – est susceptible d’entrer en contact avec une partie du corps humain et provoquer une blessure. 

En outre, on identifie le risque mécanique grâce à la conjonction de trois éléments essentiels : un opérateur, un élément, et un mouvement (source : officiel-prevention & INRS)

Aussi, sur le court et long-terme, les opérateurs sont exposés aux risques suivants : 

  • Contraintes vertébrales
  • Vibrations du corps entier, exposition aux chocs et micro-chocs
  • Blessures aux membres : écrasement, cisaillement, happement, coupure ou sectionnement, abrasions, piqûres…
  • Traumatismes par contusions, écrasements, chutes, projection de fluides

Le risque mécanique peut donc être lié à des facteurs divers tels que :

  • La forme des engins
  • Leur disposition
  • L’état de marche (immobile/mobile)
  • Leur masse
  • Leur vitesse
  • Le taux d’émission de liquides ou de gaz, etc. 

Quelles mesures pour prévenir les risques liés à la manutention mécanique ? 

Tout d’abord, tous les opérateurs doivent avoir été formés à la manipulation d’engins et matériels de levage et être détenteurs d’un permis spécifique (le CACES) pour les machines suivantes : 

  • Les plateformes élévatrices mobiles de personnes (nacelles élévatrices)
  • Les grues : grues à tour, grues mobiles, grues auxiliaires, 
  • Les chariots de manutention (et d’élévation) à conducteur porté
  • Les engins de chantier en général 

Il convient également de sensibiliser les opérateurs aux situations dangereuses en les anticipant. On observe donc les situations potentielles de : 

  • Collisions d’engins ou de dérapages
  • Absence de visibilité sur les zones de circulation des machines et des hommes
  • Renversement de la charge transportée
  • Incohérence entre le type de machine et la charge transportée

Enfin, on préconise des vérifications régulières des machines pour valider leur conformité et détecter toute irrégularité. 

Seule une personne physique qualifiée ou un organisme agréé sont en mesure d’effectuer ces contrôles.

Quels équipements pour se protéger des risques mécaniques ? 

D’autre part, le port d’équipements de protection individuelle (EPI) conformes aux normes est obligatoire pour tous les ouvriers. 

La tenue réglementaire est ainsi composée d’un casque, de chaussures de sécurité, de lunettes spécifiques et bien évidemment de gants, puisque les mains sont particulièrement exposées. 

Pour répondre à ces risques, ROSTAING propose différentes solutions adaptées à des applications variées.

vibraprotect gants

Ainsi, afin de vous protéger des risques vibratoires, le modèle Vibraprotect, spécialement pensé pour l’utilisation de matériel vibrant et la conduite d’engins vous est recommandé par l’équipe ROSTAING. 

En plus d’être particulièrement confortable, le VIBRAPROTECT est conçu pour réduire les vibrations grâce à des renforts en paume certifiés ISO 10819. Comme tous nos gants, ce modèle respecte également la norme européenne EN388. 

backprotect

Le gant BACKPROTECT, quant à lui, est conçu pour protéger la main d’éventuels chocs. Son renfort moussé en dos de la main est particulièrement apprécié pour les manutentions à risques de chocs et écrasement de la main.

On préconise donc ce modèle pour des opérations de manutention, maintenance ou assemblage.

Le BACKPROTECT obéit à la norme EN388 avec validation quant au test à l’impact.

D’autres modèles conviennent également pour prévenir des risques de coupure ou d’abrasion, ainsi les références ROSTAING comme le WETCUT03-EVOLUTION ou le DRIVER-EVOLUTION sont des solutions éprouvées.

Pour tous les autres travaux liés au secteur industriel, ROSTAING continue de développer, perfectionner et élargir une gamme complète afin de garantir sécurité et protection à tous les opérateurs.