Entretien avec Stéphane ROSTAING

ROSTAING MUSCLE SON OFFRE EN SÉCURITÉ

L’entreprise familiale spécialisée dans les gants techniques de protection se renforce dans les activités de sécurité et de sûreté, annonce son PDG Stéphane Rostaing au cours d’un entretien exclusif accordé à En Toute Sécurité. Le dirigeant a l’ambition de porter la part de son segment Administration, qui regroupe la police, l’armée, la gendarmerie et la sécurité privée, à la moitie de son CA d’ici cinq ans contre 15% aujourd’hui.

« C’est encore peu, mais nous avons connu une progression rapide compte-tenu du fait que nous ne nous sommes lancés que depuis cinq ans sur ce segment » ajoute-t-il.

L’année 2017 « se termine très bien, malgré la perte d’un gros contrat au début d’année avec Renault qui était un client historique. Cette perte a pu être compensée », affirme le PDG, qui anticipe un CA « à peu près équivalent » en 2017 à celui de 2016, soit 23M € pour un résultat net de 1M€. En 2015 , la MPE réalisait un CA de 22M € pour un résultat de 0,8M€. « Nous avons une progression régulière grâce à une croissance organique et une démarche raisonnée », précise-t-il, tablant sur 10% de croissance pour 2018, soit 25,5/26M€.

L’entreprise revendique aujourd’hui 15 millions d’utilisateurs quotidiens, répartis sur trois segments de marché : l’industrie (automobile, sidérurgie, pompiers etc.), le libre-service (bricolage, jardinerie etc.) et l’administration . Elle a lancé en avril dernier la commercialisation de sa dernière innovation  à destination, notamment, des agents de sécurité :

un gant baptisé SCANFORCE qui permet d’effectuer des fouilles sans contact physique grâce à un système miniaturisé de détecteur de métaux. La solution remplace les traditionnelles raquettes de détection et permet aux agents de garder les mains libres pendant les fouilles.

« La progression des ventes commence tout juste à se faire sentir », indique Stéphane Rostaing. Pour ce produit, il démarche aussi bien les administrations que le secteur privé, car le gant peut être utilisé «  en situation de détection ou de palpation ». Selon lui , Scanforce pourrait intéresser plusieurs centaines de milliers de personnes dans la police et la gendarmerie et un nombre équivalent dans la sécurité privée, en comptant les intérimaires. Autres prospects : les prisons, les douanes ou la sécurité aéroportuaire. La STAC ( Service Technique Aviation Civile) devra d’ailleurs prochainement dire si elle autorise l’utilisation du Scanforce dans les aéroports annonce le dirigeant .

Crédit photo : Manuel Dos Reis

SCANFORCE gants detecteur metal invisible mains libres

UNE STRATÉGIE AXÉE SUR L’INNOVATION

Tannerie fondé en 1789  par Joseph Rostaing, l’entreprise s’est  transformée en ganterie dans les années 1950, puis s’est peu à peu spécialisée dans les gants techniques pour la protection au travail. Elle compte aujourd’hui 400 salariés, dont 50 en France et environ 200 sous-traitants. Son siège social historique, à Villieu-Loyes-Mollon (Ain) rassemble aujourd’hui  un laboratoire d’étude et un atelier de développement de la R&D. Ingénieur en chimie des polymères qui a commencé à travailler dans l’entreprise en 1994 pour devenir son PDG en 2011, Stéphane Rostaing a racheté la totalité des parts de la société en 2014 .

Rostaing est désormais organisé en holding – Rostaing Croissance – avec deux filiales : PGI  (Protection Groupe Industriel) implantée au Maroc – où 60% de la production est fabriquée – et Rostaing France. […]

Stéphane Rostaing revendique une stratégie axée sur la qualité et l’innovation.

« Nous avons récemment recruté un responsable des essais formé à l’institut Français du Textile et de l’habillement afin d’être très performants sur l’aspect normatif, qui est capital dans notre métier » fait-il valoir. Concernant la qualité, «  cela se traduit, en plus des certifications 9001 (management) et 14 001 (environnement), par un nombre de tests sur les produits plus élevé que la moyenne . Nous contrôlons après chaque découpe de gants, à chaque étape. Un seul gant peut subir entre six et dix contrôles », affirme-t-il.

Nouvelle directive européenne 

Une haute technicité qui donne des atouts à Rostaing pour se distinguer de ses concurrents et échapper à la guerre des prix qui menace les producteurs d’équipements de base. « Le marché des EPI est porteur dans la mesure où il reste beaucoup de choses à faire en matière de réduction des maladies professionnelles, dont beaucoup concernent la main », analyse Stéphane Rostaing .

Par ailleurs, une nouvelle directive européenne, qui doit entrer en vigueur en avril 2018, va nécessiter une re-certification des EPI, […]

« Une belle opportunité de mettre de nouveaux produits sur le marché », s’enthousiasme-t-il.

Enfin, si les segments industrie et libre-service offrent surtout des perspectives en France et en Europe, pour le segment administration, et particulièrement pour le Scanforce , Rostaing développe le grand export (Afrique, Moyen Orient et Amérique)  . «  Nous avons d’ores et déjà signé des contrats dans les Émirats, au Koweït ou au Burkina Faso pour ce produit », précise le PDG. L’Afrique et L’Amérique latine , dont les normes sont souvent proches des règles européennes en matière d’EPI, sont autant de relais de croissance.     

Un article de Lyse Le Runigo, à retrouver dans le magasine En Toute Sécurité de décembre 2017.